Atelier d’écriture n°1 : Je me souviens

Pour le premier atelier d’écriture, commençons avec un exercice classique : celui du souvenir, et plus précisément, le “Je me souviens”. Joe Brainard fut le pionnier du genre, avant d’être repris par Georges Perec. Tous deux atteignent presque la somme de 500 souvenirs, d’une phrase ou de quelques lignes. D’autres se sont essayés à l’exercice dans des romans ou anecdotes. Et l’un des derniers est sans doute le réalisateur Jean-Pierre Jeunet avec son livre : Je me souviens – 500 anecdotes de tournage.

Le principe est simple :

Toutes les phrases commencent par “Je me souviens”, et ne doivent pas faire plus de quelques lignes. Elles peuvent tout aussi bien ne faire qu’une phrase courte et concise. Chacune d’entre elles doit évoquer un souvenir intime ou plus général, qui a pu nous toucher personnellement, et qui résonnera pour toute une génération. Tout l’art de cet exercice d’écriture est de rendre votre souvenir universel, afin que le plus grand nombre puisse se dire : “Oh oui, je m’en souviens. Moi aussi, j’ai vécu ça.” Et là, c’est gagné. Vous avez gagné un lecteur. Chacun de vos souvenirs doit être réfléchi, pensé, et précis. Pas de circonvolutions ou de descriptions à rallonge.

Deux extraits de Joe Brainard et Georges Perec, pour vous aider :

“Je me souviens des vides après-midi de dimanche où je me sentais aussi vide à l’intérieur de moi.”

“Je me souviens que l’actrice préférée de mon père était Rita Hayworth.”

“Je me souviens du bruit des papiers de bonbons quand on essaie de ne faire aucun bruit.”

Joe Brainard, I remember, Actes Sud

“Je me souviens de la colombe de Picasso, et de son portrait de Staline.”

Georges Perec, Je me souviens, Fayard

Pour aller plus loin :

Une fois que vous avez rempli une ou plusieurs pages de “Je me souviens”, selon votre inspiration, choisissez l’un d’entre eux. Celui qui vous touche le plus. Et écrivez un texte d’au moins une page à partir de ce souvenir.

Conseils :

N’oubliez jamais que la régularité est le maître mot. Comme en sport, plus vous vous entraînez, et plus vous sentirez votre écriture devenir fluide. N’hésitez pas à vous entraîner et à venir régulièrement sur le Journal d’Albion pour découvrir les nouveaux ateliers. Vous en trouverez un nouveau toutes les semaines, le mercredi matin. De temps en temps, nous vous proposerons un concours pour gagner des carnets de l’Atelier d’Albion… Alors, soyez à l’affût !

Il est temps de se mettre à écrire. Prenez un carnet que vous consacrez aux ateliers d’écriture, ouvrez-le à la première page et allez-y ! Si vous n’avez pas encore de carnet dédié, vous trouverez ci-dessous des carnets parfaits pour les écrivains en herbe. À la semaine prochaine pour un nouvel atelier !

PS : Si vous voulez publier vos textes en commentaires de l’article pour vous entraidez, n’hésitez pas ! Je viendrai faire un tour de temps en temps aussi pour vous lire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.