Dans les carnets de Lucille Bion

Dans les carnets de Lucille Bion

Cette semaine, le Journal d’Albion vous propose d’entrer dans les carnets de Lucille Bion, journaliste cinéma. Elle a interviewé les plus grands, de Martin Scorsese, à Anna Karina, ou encore Diane Kruger, en passant par Al Pacino et De Niro. Elle a également été Jury cette année pour le Cannes Soundtrack au Festival de Cannes, qui récompensait la Meilleure musique du film originale issue de la Sélection officielle du Festival. 

Quand utilises-tu tes carnets ?

Chaque carnet a sa spécificité. Celui-là (Bag girls), c’est quand j’ai des coups de mou. J’écris des choses qui me font du bien, qui me redonnent espoir. Il y a une photo de ma grand-mère, de ma meilleure amie Margaux. J’ai aussi réécrit un tweet de Rose McGowan qui avait eu un discours important au moment de #MeToo. Et récemment, j’ai vu un documentaire sur les femmes à Hollywood, et certains m’ont interpellé. Je les note sur ce carnet. Dans ce carnet, je note les choses que j’ai envie de garder. Dans le deuxième, j’écris des phrases que j’aime, issues de livres. Avec le troisième, je note tout ce qui concerne mes finances. Vu que ce n’est pas passionnant de faire ça, je me dis qu’au moins, c’est dans un beau carnet ! Le dernier, je m’en sers beaucoup plus, car c’est pour mon travail. Quand je vois un film en projection, j’écris mon ressenti dedans. C’est un vrai outil de travail. 

Quelle est la vie de tes carnets ? Tu les emmènes toujours avec toi ?

Non, j’ai encore d’autres carnets (j’en ai vraiment beaucoup), moins jolis, que j’utilise avant d’écrire dans ceux-là. Ces quatre carnets, ce sont un peu les objets sacrés, qu’il ne faut pas abîmer. Ils restent sur ma table de chevet, juste à côté de mon lit. Sauf celui qui est mon outil de travail, j’en ai parfois besoin au cours de la journée. J’écris des questions pour mes interviews, je glisse des petits papiers, des cartes que l’on me donne pendant les interviews. J’écris aussi des idées de sujet. Il m’a particulièrement servi au Festival de Cannes. Dès que j’allais voir un film, je gardais une page par film pour écrire mon ressenti, et les idées importantes pour écrire ma critique ensuite. Ah oui ! Je prends aussi beaucoup mes carnets par la fin. J’ai inscrit tous les films que je voulais voir à Cannes, et je cochais à chaque fois que j’en avais vu un. 

Les Carnets de Lucille Bion 
As-tu des rituels d’écriture ?

C’est plutôt quand ça me vient, mais surtout quand j’ai des moments de calme, donc le week-end, pendant les vacances. Quand je rentre le soir, je suis un peu fatiguée, je n’ai pas la tête à écrire dans mon carnet, car je n’ai pas envie de mal le faire. J’ai vraiment envie d’avoir du temps pour moi, et d’écrire correctement, proprement, lisiblement et de manière réfléchie.

Plutôt utiliser le carnet que l’application Notes du téléphone ? 

L’application Notes me sert surtout à faire des listes. Mais je préfère le papier, surtout que toute la journée je suis sur mon ordinateur pour taper mes articles. C’est mon travail, au quotidien, donc ça me fait beaucoup de bien d’écrire dans des carnets. 

Tu as une sorte de rapport à l’écriture manuscrite. 

Oui, vraiment. Mais ça me rappelle aussi mes années de fac (Lucille Bien était en Lettres à la Sorbonne — NDA), qui me manquent un peu. Quand on est journaliste, on est toujours amené à écrire sur l’ordinateur. Écrire sur un carnet, ça représente beaucoup pour moi. C’était ma vie et mon enfance, avant d’entrer dans la vie professionnelle. Je préfère le papier pour garder des phrases fortes et des choses qui me touchent, plutôt qu’un ordinateur, qu’on peut me voler demain. Écrire sur ordinateur m’échappe un peu. Le carnet, je sais qu’il est là. Je peux les refermer, les rouvrir trois mois plus tard. Par exemple, un jour, j’étais à la plage, mon stylo ne marchait plus et j’étais justement en train d’écrire : « Puis, elle cesse », et ça s’efface… 

 
Le carnet Bad Girls
Je sais que tu utilises encore un agenda papier…

L’agenda téléphone, ça me stresse. En plus, le fait d’écrire me permet de remémorer beaucoup plus ce que j’ai à faire chaque jour. J’ai une mémoire visuelle. Ma hantise est de perdre cet agenda. Tout est dedans. Il m’arrive de doubler mes rendez-vous sur mon téléphone, mais tout est dans mon agenda papier. 

Et c’est à lui que tu te réfères.

Oui, j’y note mes projections presse, mes interviews. Un mail ne me suffit pas. J’ai besoin de mon agenda. Ce doit être la chose la plus importante de ma journée. 

Enfin, peux-tu nous donner ton dernier coup de cœur cinéma ?

Je dirai Les Filles du Docteur March, qui est sorti le 1er janvier. C’est très moderne, ça fait du bien de voir ce genre de film. Et j’ai aussi beaucoup aimé L’Adieu — The Farewell de Lulu Wang.  

Et quel est le film que tu attends le plus pour 2020 ? 

Le Tenet de Christopher Nolan ! 

Si vous aussi vous souhaitez noter les citations que vous aimez, écrire à la plage ou noter les films que vous voulez voir dans les prochains mois, l’Atelier d’Albion vous invite à découvrir sa boutique en ligne

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.