La femme au carnet rouge d’Antoine Laurain

La femme au carnet rouge d’Antoine Laurain

La femme au carnet rouge d’Antoine Laurain, 2014, Flammarion, 18€

Laurent est libraire au Cahier rouge. Un jour, il découvre dans la rue le sac à main d’une femme. Les papiers d’identité ont évidemment disparu, tout comme l’argent. Il reste tout ce que l’on peut trouver dans le sac à main d’une femme et qui représente une partie d’elle, de son identité, de ce qu’elle est et de ce qu’elle aime.

Cette femme s’appelle Laure, et elle a été victime d’un vol à l’arrachée. Un homme lui vole son sac, elle vacille et tombe. Elle se relève et n’a plus rien, elle n’a plus son sac, plus ses clés, et ne peut pas rentrer chez elle. Elle décide de passer la nuit à l’hôtel en attendant le lendemain matin. Le lendemain arrive et, en fin de matinée Laure n’a toujours pas rendu sa chambre. Elle est dans son lit, une tâche de sang sous la tête. Un traumatisme crânien, qu’elle n’a pas senti la veille en tombant.

Quand Laure entre à l’hôpital, Laurent ouvre son sac. Il sort les objets un à un.

Un flacon de parfum, un trousseau de clés, un petit agenda, un briquet, un livre de Patrick Modiano et un carnet rouge.

Le carnet rouge de Laure, celui où elle note ses pensées, ce qu’elle aime, ses doutes, ses peurs.

“Laurent était plongé dans le carnet Moleskine rouge contenant les pensée de l’inconnue sur des dizaines de pages, parfois raturées, soulignées ou écrites en majuscules. L’écriture était élégante et souple. Elle devait les avoir consignées au gré de ses envies, sûrement aux terrasses de cafés ou lors de trajets en métro. Laurent était fasciné par ces réflexions qui se succédaient, aléatoires, touchantes, loufoques, sensuelles. Il avait ouvert une porte qui menait à l’esprit de la femme au sac mauve et même s’il était un peu déplacé de lire les pages du carnet, il ne pouvait s’en détacher.”

Antoine Laurain, La femme au carnet rouge, page 45

Il observe, lit et aime déjà cette femme qu’il ne connaît pas. Laurent ne peut pas s’en empêcher. Il va partir en quête de la propriétaire du carnet rouge…

La femme au carnet rouge d’Antoine Laurain est un très joli roman, qu’on lit d’une traite. Même si on se doute que tout finira pour le mieux, les personnages sont attachants. Et Antoine Laurain a l’art de nous emmener jusqu’au bout avec humour et romanesque.

Voici quelques idées pour vos prochains carnets de notes, si vous aimez sortir toujours avec un petit carnet dans votre sac…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.