Dans les carnets de Mélusine Huguet

Dans les carnets de Mélusine Huguet

Cette semaine, le Journal d’Albion vous propose d’entrer dans les carnets de l’écrivaine et blogueuse Mélusine Huguet. Créatrice du blog Carnet Parisien et du Club de lectures féministes, Mélusine Huguet est désormais l’auteure d’un premier roman, Un jour de plus de ton absence, qui vient de paraître aux éditions Charleston. Entretien. 

Grande lectrice, bloggueuse, community manager dans l’édition, et désormais écrivaine, comment organises-tu ton quotidien autour des carnets ?

J’ai des carnets pour à peu près tout : ma vie professionnelle (évidemment), mes chroniques, le roman en cours d’écriture, les recettes que je souhaite conserver, les menus de la semaine… et puis bien sûr un carnet plus personnel dans lequel je me parle à moi-même. J’ai également une réserve pleine de carnets, pour le moment où les anciens seront terminés. Une grande boîte pleine m’attend sous mon lit. Elle regorge de carnets oubliés et j’ai hâte de pouvoir l’ouvrir pour piocher le prochain qui m’accompagnera.

Emmènes-tu tes carnets partout avec toi ?

J’en ai toujours un dans ma valise, mais pas toujours dans mon sac à main. Entre un livre et un carnet, il faut parfois choisir (selon la taille du sac, évidemment) et je privilégie toujours le livre.

Qu’aimes-tu dans ce rapport à l’écriture manuscrite ?

Je trouve que mes pensées s’organisent mieux lorsque je les manuscris : cela prend plus de temps, et me permets donc de tourner les choses différemment. Et j’aime aussi l’idée de la transmission. J’ai toujours eu des tas de carnets, depuis que je suis toute petite et que je sais écrire, et aujourd’hui j’adore relire mes péripéties d’enfant. Il y a fort à parier que ce sera également le cas dans plusieurs années avec ce que je consigne actuellement. 

Tu écris depuis très longtemps sur ton blog, mais quand as-tu senti l’envie de te lancer dans l’aventure du roman ? 

Bien avant de me lancer dans celle du blog, je crois ! J’ai vraiment absolument toujours écrit mais sans jamais avoir une réelle histoire à raconter, jusqu’au jour où j’ai su. J’ai tiré d’une expérience de ma vie ce qui est aujourd’hui devenu mon premier roman.

Peux-tu nous parler d’Un jour de plus de ton absence, ton premier roman qui vient de paraître aux éditions Charleston ?

À 28 ans, Jade a tout pour être heureuse avec son compagnon Antoine. Pourtant, le jour où elle apprend sa grossesse, elle n’arrive pas à l’accueillir joyeusement. C’est ainsi qu’elle va tenter de poursuivre son existence, en mettant cette information de côté, jusqu’au moment où bien évidemment cela ne sera plus possible. Jade vous fera faire la connaissance de Louise, sa meilleure amie, mais aussi d’Annie, d’Andréa, et… des Femmes de Paris. C’est un roman qui parle de féminisme, de résilience, d’amour et de bienveillance.

As-tu des rituels d’écriture ?

Lorsqu’une phrase semble bloquée, si je me sens gênée à sa lecture, alors je prends mon stylo et l’un de mes fameux carnets et je la reformule à la main. 

Pour conclure, peux-tu nous parler de ton livre de chevet ?

Difficile d’en choisir un seul. Je vais opter pour Les Liaisons Dangereuses pour son évidente affinité avec l’épistolaire. C’est mon classique préféré que j’ai lu et relu des dizaines de fois. J’y ai d’ailleurs consacré mon année de master, puisque j’avais choisi de rédiger mon mémoire sur le féminisme de Laclos. 

Actualités de Mélusine Huguet :
Voici quelques carnets de poche à emporter partout avec vous pour écrire votre premier roman :